EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Latest update Tuesday 30 June 2020 à 09:38

Edito

Newsletter

Please subscribe for free to receive regularly the communities Bassa, Bati and Mpo'o news.

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
2169703
Ce jour2250
Hier5915
Cette semaine2250
Ce mois56410
Total2169703

L’ex-portier des Lions indomptables installé chef de 3e degré à Moundè, par Ngambè, samedi.

Le temps d’un week-end, Mouandè, village de l’arrondissement de Ngambè, dans la Sanaga-Maritime, s’est repeuplé. De mémoire des habitants, il y a bien longtemps que pareille cohue n’a pas été vue au village, dépeuplé durant les dures années coloniales. Aujourd’hui, l’occasion du retour en vaut la peine : l’installation et l’intronisation de Joseph Antoine Bell comme chef de 3e degré. « Un événement grandiose attendu depuis 57 ans », confie un orateur. De fait, depuis la mort du patriarche Bell fils de Yen, fondateur de Mouandè, en 1955, son fils n’a pu normalement lui succéder.

L’absence de ce dernier va créer une vacance. Ainsi, Sieur Augustin Bissohong sera installé comme collecteur d’impôts, puis chef de facto jusqu’en 1980. Depuis, rien. Ces derniers mois, la succession longtemps mise en berne a été réactivée. Après plusieurs conciliabules, Joseph Antoine Bell est désigné par la famille. Une désignation entérinée par l’administration.

Après l’installation administrative effectuée par le sous-préfet de Ngambè et le rituel d’installation traditionnel, l’ex-gardien de but apparaît dans ses nouveaux attributs : tenue d’apparat, canne noire, chasse-mouches, etc. Rien à voir avec les gants, la tenue de footballeur, le casque ou le micro auxquels le public s’est habitué à le voir.

Qu’importe ! La tenue lui va comme un gant. J.A Bell affiche la même sérénité que dans les buts ou dans une cabine de reportage. Dans ses premiers propos, Sa Majesté Joseph Antoine Bell se veut rassembleur. Il veut redorer le blason de Mouandè et repeupler le village. « Le développement passe par le repeuplement qui lui-même passe par le fait de recréer de l’intérêt pour les autres (…) Mouandè a besoin de retrouver ce charisme d’un chef », déclare-t-il.

Dans sa tâche, le nouveau chef, d’après le sous-préfet de Ngambè, aura besoin de l’aide des populations. Mais l’autorité administrative ne doute point de l’homme. « Les compétences acquises au cours de votre cursus professionnel doivent pouvoir vous permettre de gérer les hommes. Mais les réalités du commandement sont parfois difficiles », prévient le sous-préfet. Après le foot et les médias, Joseph Antoine Bell entame donc une nouvelle vie. De sa capacité à y réussir dépendra sans doute en grande partie, la renaissance de Mouandè.

© Cameroon Tribune : Steve LIBAM

Partager l'info