EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Latest update Monday 10 August 2020 à 22:14

Edito

Newsletter

Please subscribe for free to receive regularly the communities Bassa, Bati and Mpo'o news.

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
2306014
Ce jour1330
Hier4086
Cette semaine19184
Ce mois59165
Total2306014
Home

Nyanon-PaysagesComme cela avait été coutume pour par le passé, le Nyanon est une déformation du mot « Nyinuon» qui signifie famille d’oiseaux, symbole de la paix, de spiritualité, un messager entre Dieu et les hommes. Le nom Nyanon est donné à la localité en 1890 lors de la constitution des chefferies traditionnelles par un traducteur qui prononça « Nyanon » au lieu de « Nyinuon».

En 1957 une brigade de gendarmerie est créée à Nyanon par l’armée française, après l’inauguration en 1953 du pont de Kikot sur la Sanaga par les colons français. Sur le plan administratif, beaucoup d’années se sont écoulées et Nyanon devient une unité administrative par la création du conseil municipal 34 ans plus tard. Ce n’est qu’en 1993 par le décret N° 23 /321 du 25 novembre que Nyanon devient une commune rurale et en 1996 le premier conseil municipal est élu.

La Commune de Nyanon est située entre le 10. et le 12. degré de longitude est dans la partie nord du département. Elle est limitée:

  • au nord, par l’arrondissement de Ndom,
  • au sud par l’arrondissement de Bot-Makak dans département du Nyong et Kéllé, dont le fleuve Sanaga constitue la limite naturelle,
  • à l’est par l’arrondissement de Bokito dans le département du Mbam et Inoubou, dont la rivière Liwa constitue la limite naturelle,
  • à l’ouest par les communes de Massok-Songloulou et Ngambè dont la rivière Djouel constitue également la limite naturelle.

La ville de Nyanon est située à environ 170 Km d’Edéa, chef lieu du département.

Le climat de la Commune de Nyanon est plutôt équatorial de type guinéen caractérisé par 4 saisons:

  • une grande saison des pluies (septembre – novembre),
  • une grande saison sèche (décembre – février),
  • une petite saison de pluies (mars – mai),
  • une petite saison sèche (juin – août).

La température moyenne annuelle se situe autour de 25°C avec les précipitations annuelles variant entre 1600 mm et 1800 mm.

Le relief de la commune de Nyanon est varié. Dans le canton Bati ce sont les plaines alors que dans les cantons Basso’o et Rive Gauche de la Njuel, le relief est assez accidenté et comporte plusieurs collines et des vallées avec des rochers dans les autres parties du territoire. Les rochers les plus importants sont : Ngog-Litube, Song Kone, Inout Nzogpa, Kikane, Ntoy, Ong Bakembe, Nkohom. Ces rochers constituent de véritables sites touristiques qui malheureusement en dehors de Ngog-Lituba sont très peu connus et fréquentés.

Ngog-Lituba est un rocher qui de par sa forme particulière alimente beaucoup de discussions. L’histoire de cette montagne qui en fait est un rocher alterne entre les croyances populaires et les interrogations de la communauté scientifique. Ngog Lituba a l’apparence d’une roche volcanique qui émerge d’une forêt traversée par la rivière Sanaga. Pour la communauté scientifique, ce sont les restes d’un volcan éteint. La population locale par contre considère Ngog Lituba comme le lieu d’origine des peuples africains. La légende raconte que les ancêtre Bassa venus de l’Égypte ancienne se seraient réfugiés ici. Ils entrèrent dans la grotte pour fuir l’ennemi et une araignée aurait couvert  immédiatement par une toile tissée le trou, ce qui preserva le peuple, poursuivi par l’ennemi qui passant devant la grotte la croyait inhabitée. Selon d’autres mythes, Ngog Lituba serait le lieu où Dieu se manifesta pour la première fois en créant des “esprits” qu’il logea dans cette grotte.

Pour les peuples Elog-Mpo’o, Bassa et le groupe Bati, Ngog Lituba est fondamental pour leur culture. C’est pour cela qu’ils effectuent des pélérinages dans la grotte sacrée afin d’y commémorer leur histoire et enseigner aux descendants leur tradition secrète et détenue par les initiés qui sont les Mbombog. On comprend donc pourquoi ces peuples ne veulent en aucun cas laisser cette grotte sacrée à l’église catholique qui en 1959 a érigé une grande croix et une statue de Marie la vierge au sommet de la montagne dans le but d’instituer le pélérinage diocésain de Ngog Lituba.

De nos jour cette Grotte est devenu le théâtre de discussion entre la communauté locale des peoples Bassaa Mpo’o et Bati à travers leurs Mbombog et l’église catholique qui chacun de son côté réclame l’usufruit de la grotte sacrée.

Partager l'info