EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Bannière
Ce site a été mise à jour le Mardi 07 Août 2018 à 00:20

Edito

Newsletter

Veuillez vous abonner gratuitement pour recevoir regulièrement les nouvelles des communautés Bassa, Bati et Mpo'o

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
0412317
Ce jour73
Hier609
Cette semaine4679
Ce mois14507
Total412317
Home Le Bureau exécutif

Trente deux ans après la disparition de sa majesté BOUM NACK Pierre Henri, ancien chef de la collectivité Bassa Mpo’o Bati à Nkongmondo, et par ailleurs député et secrétaire d’Etat aux travaux Publics, la communauté Bassa Bati Mpoo du quartier Nkongmondo à Douala, trouve à nouveau un guide : MOISE MALEP. C’est le nouveau Chef   mis en place par une assemblée constitutive qui permet le regroupement de tous les membres de la collectivité de Nkongmondo. C’est un jeune chef, épris des questions de développement et de lutte contre la pauvreté qui va conduire la collectivité des bassa mpoo bati de Nkongmondo.

Le ciel avait menacé de s’assombrir une heure avant le début de l’intronisation du nouveau chef de la collectivité Bassa Bati et Mpoo. Ce Samedi-là, on a cru passer une journée difficile au cœur de la pluie. Mais très vite le ciel s’est éclairci, et le soleil est venu illuminer ce moment solennel où Moise MALEP reçoit le bâton de commandement à Nkongmondo. Un signe pour certains que la nature a accepté la direction de ce jeune fils du village Log Nwanack à Ngambe dans le département de la Sanaga Maritime, qui a séjourné de nombreuses années en hexagone. Dans la grande cour de recréation de l’école publique du quartier, près de trois milles personnes sont témoins de cette étape de l’histoire d’un quartier qui compte à Douala 1er. La présence des autorités administratives et traditionnelles de la région, a marqué d’un seau indélébile cette journée.

LA PRISE DE POUVOIR

L’intronisation proprement dite se déroule autour d’un rituel traditionnel, conduit par les babombogs et chefs traditionnels. Une grande tabouret en bois massif est installée au beau milieu de la cour qui sert de cadre à cette cérémonie, par un des patriarches venus de toutes les confréries du Mbog. Ensuite le nouveau chef fait son entrée à la place des fêtes au milieu d’une haie d’une dizaine de babombogs. Ils ont formé au préalable deux rangs au milieu desquelles on peut apercevoir Moise Malep. Le nouveau chef arbore autour de la taille un pagne traditionnel de couleur marron, et une chemise blanche. Le pas alerte, près de cette colonne des gardiens de la tradition, il fait le tour de la place de cérémonie une première fois. Ensuite il avance tout seul face à la chaise sur laquelle il devra s’asseoir.  Deux mbombogs le tiennent chacun par le bras. Ils vont alors le soulever neuf fois successivement, avant de le faire asseoir définitivement sur ce tabouret traditionnel. Il lui est remis a la main un bâton de commandement, et ce qu’il est coutume d’appeler « balai chasse-mouche », Moise MALEP devient à cet instant le chef de cette grande collectivité Bassa- Bati- Mpo’o de Nkongmondo, qui compte plus de trois milles âmes.

MOISE MALEP LE NOUVEAU CHEF

Avec sa silhouette imposante, le chef fait le tour de la place de cérémonie avec les patriarches qui présente à la collectivité Bassa mpo’o Bati leur nouveau guide. C’est un Jeune garçon dévoué à la cause du développement de ce quartier et du vivre ensemble. Plus qu’un slogan le vivre ensemble a Nkongmondo est la quêté permanente des membres de la collectivité Bassa Mpo’o Bati qui espère unir leurs efforts pour que l’administration puisse améliorer les conditions de vie des populations notamment, pallier l’absence de Centre d’Etat civil dans le quartier, l’absence de Centre de santé, absence de Poste de police. Mais il y a également l’absence d’infrastructures sportives pour l’encadrement des jeunes, au moment ou le stade Yoro est envahi. Le nouveau chef épris des questions de développement pense également se rapprocher de l’administration pour combattre l’occupation anarchique de la chaussée par des garages spontanés, et particulièrement sur la mythique avenue UM NYOBE.

En lui confiant l’avenir de la collectivité Bassa Mpo’o Bati, les patriarches lui ont demandé de travailler dans le but de « Porter haut l’étendard du quartier Nkongmondo, et la sécurisation identitaire des membres de la collectivité Bassa Mpoo Bati,   dans un espace très convoité par d’autres communautés aux idées expansionnistes ». Le processus s’avère long selon les notables, mais le nouveau chef le sait très bien. Il a d’ailleurs sollicité la collaboration de tous les fils et filles de cette collectivité. Pour mener avec succès sa mission.

Moise MALEP a besoin d’une collectivité unie et solidaire, deux valeurs qui ont longtemps dirigé la vie dans ce quartier. Il n’est donc pas question d’affirmer le soi et lutter contre l’autre, mais de s’unir pour participer   ensemble au développement d’un quartier cosmopolites. Selon Moise NACK BOUM , l’un des notables de la chefferie « il faut avoir une opinion et l’exprimer sans se cacher derrière le paravent ». La collectivité des enfants de la grotte résident à Nkongmondo, peut désormais se regrouper et penser son devenir même si les vieux démons de la divisions ont plané encore sur cet surface, cet après midi ensoleillé,

Un hommage a été rendu aux personnes dont le passage au quartier Nkongmondo a laissé des traces indélébiles : BOUM NACK Pierre Henri et NKOM BAYI Martin qui ont pensé très tôt à sauvegarder le patrimoine la Collectivité Bassa Mpoo Bati, ainsi que tous ceux qui les ont accompagnés dans cette lutte permanente et exaltante.

Yvonne C. NKEN

 

Partager l'info

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir