EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Lundi 18 Septembre 2017 à 12:19

C’est un fils Badjob du village DJASSOG dans le département du  Nyong Ekellé, arrondissement de Messondo, non loin de l’usine Socapalm. C’est là, que vit l’homme qui vient de découvrir la formule qui devrait permettre de vérifier les preuves mathématiques. C’est le fruit de 20 ans de recherche. Vingt années pendant lesquelles ce professeur des Sciences de la vie et de la terre, à douter de tout, pour en arriver à la conclusion selon laquelle tout est faux. Les normes obéissent à des lois biens précisent tout comme la nature. Et lorsqu’elles ne marchent pas, c’est simplement à cause de l’être humain qui force le résultat et ca ne marche pas. La soixantaine à peine amorcée, il nourrit l’ambition d’une reconnaissance nationale du fruit de sa recherche qui permet de faire disparaitre toute forme de piraterie et arnaque subtile observée dans la gestion des circuits informatiques. Nous l’avons rencontrez lors de la présentation de cette nouvelle trouvaille à la Case Communautaire d’ESEKA.

MR NTEP au sortir de cette grande présentation. Je commence par m’interroger sur la qualité des personnes qui vous écoutaient. Pensez-vous vraiment qu’elles comprenaient de quoi vous parliez ?

Oh… ne vous fiez pas à l’apparence il s’agit pour la plupart des enseignants, et surtout des enseignants de mathématiques,   des anciens collègues ainsi que les autorités de la ville. Vous avez vu le préfet du Nyong et Kéllé ABOUBAKAR IYAWA, le maire et les autres 

 

Nous avions cru avoir à faire à un monde de profanes qui ne comprenaient rien du message que vous vouliez passer 

Non Ils ont bien saisit notre message/ Le tout n’est pas de le saisir en spécialiste, mais de pouvoir comprendre que quelque chose est entrain de se passer

 

Mais pourquoi n’êtes vous pas allez dans un milieu scientifique ou universitaire ou il me semble que cela aurait eu beaucoup plus d’impact ?

En fait, si j’étais allé à Yaoundé, si j’avais commence par la bas, je n’allais plus revenir ici à Eséka ma ville natale, celle qui m’a donnée la spiritualité nécessaire pour trouver ce que je cherchais. En plus il fallait aussi signaler aux autorités d’Eséka qu’il y a un chercheur dans la ville.

Parlons actuellement du fruit de votre recherche. De quoi s’agit-il exactement ?

Il s’agit de la démonstration de la vérité par les normes cette démonstration s’applique dans les quatre opérations mathématiques addition, soustraction, multiplication et division. L’application la plus proche peut concerner les domaines informatiques surtout dans la protection des données. Mais à long terme cette découverte peut servir dans l’application de toutes sciences.

Faites- en une démonstration ?

Il y a une double façon de travailler. La façon classique telle que nous travaillons souvent et la façon technique. La façon technique c’est dans une base de donné  qui est opposée à celle qu’on étudie de façon classique. Et lorsqu’on fait la différence entre les deux bases ca nous donne zéro ce qui correspond à la vérité.

 

Que voulez-vous dire exactement  sur cette trouvaille, devrait-elle pouvoir servir à ce qui rendent public des données informatiques ?

En d’autres termes. Si vous voulez cette façon de travailler va permettre d’empêcher à ceux qui ont des idées malveillantes de pénétrer dans certains domaines ou dans certains sites pour modifier des données.

 

Est-ce qu’elle pourrait s’apparenter à une application 

Parler d’application c’est trop dire mais ceux qui travaillent dans les sciences logiciels peuvent se rapprochent de nous. Et nous pourrions ainsi mettre en place une application permettant le contrôle de la protection électronique.

 

Comme ca, vous parlez de découverte avec fierté ?

Oui j’en suis fier. C’est une découverte sur le plan mathématique

Quelle est sa particularité ?

La particularité c’est que, on n’a parlé des preuves numériques c'est-à-dire la preuve par 9 est connu depuis plus d’un millénaire sinon deux, mais on n’avait jamais confirmé que c’est une opération scientifique. Actuellement je parviens à montrer que c’est une opération scientifique et à la généraliser pour toutes les normes. Donc on peut faire la preuve à partir du nombre 2 jusqu'à l’infini.

Dites- moi comment avez-vous eu l’idée de faire une recherche dans le domaine mathématique, un domaine qui n’est pas le votre, qu’est ce qui a déclenché l’envie de faire cette recherche ?

C’est que je me suis beaucoup interrogé sur la vie. Je me suis interrogé sur les problèmes de la vie en général, j’ai constaté que tout est faux. Je doutais de   tout. Un jour je me suis lancé dans la recherche, pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai travaillé sur beaucoup de sujet. En dehors de la preuve par 9, J’ai travaillé sur la loterie, les jeux de hasard en général. Mon constat était choquant :   tout était faussé dès le départ. Les normes obéissent à une loi quand quelque chose n’obéit pas à une loi, ca veut simplement dire que l’intellect y est passé et c’est   l’homme qui a forcé et faussé le résultat. Dans la norme, les choses arrivent naturellement selon les lois de la nature.

Qu’avez-vous trouvez sur cette preuve par 9

La preuve par 9. Vous savez madame, les professeurs de mathématique rejetaient cette preuve. Ils   disaient que dans cette équation il s’agit juste de montrer que c’est faux, on ne peut pas montrer que c’est vrai. J’ai compris que c’est une équation exceptionnelle et qu’il fallait introduire des connaissances spirituelles. C’est ce que j’ai fait, et le résultat est clair. Et vous allez constater que les preuves numériques vont désormais faire parties à part entière des mathématiques car les nombres sont au cœur des mathématiques et les mathématiques elles, sont au cœur de la science. Il faut dire que sans ces connaissances spirituelles que j’ai introduites, je ne serais par parvenu.

 

Des connaissances spirituelles vous dites ?

Oui

De quoi parlez-vous ?

De la spiritualité. La spiritualité doit imposer tout. Pour avoir une idée il faut connaitre les lois de la nature. Et pour que ca marche il faut lier la spiritualité aux lois : lier les deux.

Quand vous parlez trop de spiritualité il ne s’agit pas des choses mystiques ?

Non. La spiritualité n’est pas mystique. Elle dénonce d’ailleurs le mysticisme. La différence entre la spiritualité et le mystique c’est que le spirituel apporte la lumière, mais le mystique apporte et maintien l’obscurité. Et dans le mot mystique il y a mystère ; or, chez nous dans le spirituel rien n’est mystérieux.

Mais votre découverte reste elle-même mystérieuse pour le profane

Oui peut-être mais le profane doit se mettre à l’école, c’est une nouvelle école qui commence avec moi, une nouvelle école qui embrasse tous les domaines.

 

Quel sera l’impact de ce travail ?

L’impact va se faire ressentir dans la société par une révolution dans les science de gestion liées à l’informatique afin de faire disparaitre toute forme de piraterie et d’arnaque subtile, que nous observons de temps à autre dans les circuits informatiques. Les opérations techniques viennent compléter les opérations classiques qui toutes seules présentaient des limites.

 

Alors vous avez fait une découverte, vous avez commencez à présenter son bien fondé et sa raison d’être. La suite c’est quoi maintenant ?

La suite c’est d’abord la recherche d’une reconnaissance officiel de ce travail J’ai commencé à en parler et à l’expliquer à la communauté scientifique du Cameroun, mais je n’ai pas le sentiment que ca bouge. J’ai même donné le document intégral de la recherche à un professeur d’université. Mais depuis trois mois, c’est sans suite, je n’ai pas de nouvelles.

 

Pensez vous qu’on pourrait la détourner ?

Non mais j’ai simplement le sentiment qu’on voudrait me mettre les battons dans les roues pour que je n’obtienne pas la reconnaissance qui m’est due. Pourtant il me la faut pour que je puisse me déployer n’ importe où.

Et si le Cameroun ne parvient pas à vous donner la possibilité de bénéficier d’un encadrement du à un chercheur qui vient de faire une découverte, que ferez-vous ?

J’irai frapper à d’autres portes. Je souhaite que ce soit mon pays qui reconnaisse mon travail. Et je me battrais pour cela. Sinon je serai obligé d’envisager de me faire découvrir sous d’autres cieux.

Comment entrevoyez-vous l’avenir

Un triomphe d’ordre mondial, car ce que je fais n’avais jamais été fait au paravent surtout parce que c’est un biologiste qui est à l’origine de cette découverte mathématique. Je crois que ca va surprendre les gens, surtout les mathématiciens, de voir que je suis parvenu à débloquer des formules mathématiques… c’est un exploit. J’espère pouvoir vulgariser ce travail à travers des séminaires au Cameroun et à l’extérieur.

Parlez-nous de vous ?

En fait, je suis en retraite depuis deux ans. J’ai enseigné les sciences de la vie et de la terre pendant trente ans. Aujourd’hui je fais   dans l’agriculture Je vis d’ailleurs dans mon village à Djassog, et c’est de là que j’ai eu le résultat de ma recherche. Actuellement je ne fais que la recherche.

Propos recueillis par

Yvonne Cathy NKEN

Partager l'info

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir