EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Vendredi 18 Août 2017 à 13:34

Edito

Newsletter

Veuillez vous abonner gratuitement pour recevoir regulièrement les nouvelles des communautés Bassa, Bati et Mpo'o
Home

Joseph MBOUI a été porté à sa dernière demeure  à  BAMBLE par Makondo son village natal,  située dans l’arrondissement de Gwei -  département de la Sanaga Maritime.  C’était finalement le 25 Mars 2017, comme l’a souhaité  son épouse. Les amis, les proches et connaissances du père fondateur du Mbog Liaa se sont rendus au pas de course aux obsèques,  et  ce  après  une levée de corps qui s’est déroulée nuitamment suite à une décision de justice, et  la guerre  des  communiqués  qui annonçaient   tantôt  une date,   ou simplement   la contredire et annonçait  une autre date.


Il  fallait donc être un fidele du professeur MBOUI,  pour  assister à ses obsèques, mais surtout  être  à l’écoute de l’information même si elle se contredisait d’une station de radio à une autre. Car,   jusqu'à 20h le 24 Mars 2017,  personne ne pouvait parier sur la tenue de ses obsèques le lendemain.  Les  banderoles  affichées depuis quelques jours  informaient  déjà  à la  population de la ville d’Edéa du début des obsèques le  vendredi 24 Mars, jour de la célébration des 33 années d’existence du  RDPC, le parti du défunt  député. C’est que les membres de famille ne parvenaient pas  à s’accorder sur la  date des obsèques. Le  consensus a été difficile à trouver jusqu’au jour annoncé par  l’un des communiqués  des proches de l’épouse du défunt qui revenait  pour l’occasion de son séjour de plus de dix ans en terre Française.  Déjà la mise en bière annoncée pour 10h n’avait pas eu lieu, la fille ainée s’étant opposée  à   la sortie du corps de son père de la morgue.  Les nombreuses personnes venues s’incliner devant le corps  sont  reparties  avec la date probable annoncée par le fruit du premier amour du grand prof.  Dans l’intervalle,  des communiqués radio qui  annoncent  l’enterrement à une date ultérieure.  De 10h à 20H il y aura eu des tractations,  de  nombreux  échanges quelques fois houleux.  Des interventions à n’en point finir mais la fille et la mère campe chacune sur ses positions avec des raisons valables d’un côté comme de l’autre.  Douze heures plus tard, le corps va finalement sortir de la morgue sans tambour ni trompette/ « une victoire de l’amour et du pardon » dira le chef de famille au cours de la cérémonie funéraire,  tout en s’excusant auprès des personnes  qui sont  arrivées  à Bamble,  pour ce qu’il a appelé   « la guerre des communiqués »

LA CEREMONIE FUNERAIRE
Elle a débuté à  11h  par une  messe célébrée par le curé de la paroisse de Bamble . Jeune et dynamique prêtre qui a  permit à l’assistance d’oublier la  douleur de cette séparation, juste le temps de sa célébration. A travers des proverbes et illustrations bien choisis, il a montré que l’espérance future de la résurrection est une consolation pour la douleur de ceux qui restent et qui sont touchés  par cette disparition tragique. Dans le registre dés témoignages, au-delà de ses compagnons du parti, de l’Assemblée Nationale, l’on aura  plus noté le passage de ses disciples, tous professeurs des universités et anthropologues pour la plupart  ils ont fait le témoignage d’un homme qui a guidé leur pas et leur a donner une raison d’aimer  la rechercher.
QUI ETAIT PROFESSEUR MBOUI
LOUIS YINDA, son compagnon  a ému par son témoignage, certes long  mais qui  lui a permis de parler des relations personnelles et amicales qui l’unissaient à celui qu’il a appelé mon compagnon  
Comme l’a si bien souligné Pr Charly Gabriel Mbock dans son témoignage, il lui a été « difficile de parler avec son maitre, difficile de parler à son maitre et aujourd’hui difficile de parler de son maitre » n’empêche parce que formé à la bonne école  et sous les pas d’un grand prof,   l’autre anthropologue,  conseiller du  bureau exécutif du mbog Liaa , a pu trouver le mot qui correspondrait le mieux à la description de son maitre.   Difficile certes,  de parler d’un homme donc le Curriculum Vitae en lui-même peut constituer  tout un livre.  Cependant ce qu’on retiendra ce samedi matin c’est que professeur  Mboui était un  professeur émérite de sociologie,  pionnier  de la recherche en sciences qui a fait de la recherche sa passion première  et de « l’écriture son slogan ».  Pour lui écrire c’était ce réinventé. Le CERDOTOLA.  par la voix de son représentant,  s’est engagé  à éditer les productions intellectuelles du defun, et particulièrement sa thèse de doctorat d’état  intitulée :  MBOG LIAA  LE PAYS DE LA GROTTE . Pr BINAM  BIKOI  s’est engagé à  en faire une  édition grand public.  Professeur émérite, il fut le chef du département de sociologie à l’université de Yaoundé ; Doyen de la faculté de lettres, ancien Ministre de l’Education Nationale et pionnier de la décentralisation scolaire.
Député RDPC de la Sanaga Maritime,  son rêve était de voir la grande Sanaga se reconstituer après les découpages administratifs.  Député depuis 2003,  il en était à son 3ème mandat consécutif. C’était un politicien engagé et de conviction qui a servit son  parti jusqu'à la mort.  Haut  commis de l’Etat ; il a gravis tous les échelons. Il parlait peu et écoutait beaucoup. Sa carrière politique n’a pas occulté son engagement dans la pure tradition ancestrale Bassa. Il laisse a cet effet un héritage pour les génération future  l’association MBOG LIAA
Ainsi s’achève l’histoire d’une vie. Celle d’un meneur d’homme, d’un travailleur modeste et réservé. Le message de condoléances du chef de l’Etat lu par le préfet de la Sanaga Maritime est une reconnaissance nationale pour ce travailleur infatigable qui a servit son pays jusqu'à sa mort
C’est en milieu de l’après midi que Joseph MBoui a été porté en terre pour un repos eternel auprès de ces ancêtres. A 79 ans, il retourne à la poussière pour l’éternité, un mois après son décès a Paris  le 27 février  2017 . Mais au préalable,  le Ministre de l’Administration Territoriale René Emmanuel SADI - représentant  personnel du chef de l’Etat l’a élevé au grade de l’Ordre National du Mérite à titre posthume.

Quelques images des obsèques
Yvonne Cathy NKEN
Journaliste

Partager l'info

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir