EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Lundi 18 Septembre 2017 à 12:19
Home

C’est un  petit  garçon de  dix ans environ que nous avons rencontré  à l’école publique de Kombeng  le 21  Mars 2017. Pour des questions de sécurité,  nous choisissons de l’appeler KLéo.  On le retrouve cette matinée ensoleillée  devant sa salle de classe,  les yeux fixés quelques peu sur nos pas, Kléo est présent mais son regard lointain semble l’écarter de la réalité du moment … sa présence à l’école.

Lorsque nous nous  rapprochons des bâtiments qui abritent les salles de classe, nous  saluons  le petit  Kléo  qui se trouve à la porte d’entrée de la salle où sont dispensés les  enseignements  aux  élèves des cours moyen un et deux,  Sa réponse à peine  audible  justifie  cet air d’enfant fatigué et peut-être affamé.  Mais  la politesse  ne s’est pas éloignée de  son attitude. Il nous offre d’ailleurs  un  petit sourire  caractéristique  des enfants qui apprennent  encore la morale à l’école avec  ‘bonjour madame’ qui s’en est suivi.  Après  notre entretien avec lui, nous comprenons qu’il a marché  de nombreux kilomètres pour arriver à l’école, qu’il n’a surtout pas mangé. Ne lui demandez surtout pas de vous présenter  ses fournitures il n’en a pas dans ce petit plastique  qui représente son cartable. Le manuel scolaire il ne le voit que chez le maitre.


Le jeune Kléo n’est pas seul dans ce cas. La plupart des soixante élèves de cette école  possèdent très peu ou pas de  fournitures scolaires. Le Directeur de l’école, par ailleurs maitre des cours  moyens un et deux, n’a eu de cesse de « sensibiliser les parents sur la nécessité de procurer le nécessaire pour une bonne scolarisation … au lieu d’attendre que l »enfant soit admis au collège car les bases doivent être posées dès le primaire ». M. MOMNOUGUI pense que les parents sont prompts à s’offrir à  boire quand ils le peuvent que de projeter l’achat d’un livre scolaire à leur progéniture.
L’école publique du village, c’est  le premier bâtiment qu’on aperçoit  avant la chefferie. Un bâtiment  fait en matériaux définitif  ayant  deux salles de classes occupées par les CMI et CM2, don d’un bienfaiteur,   un autre bâtiment  de deux salles également, - construction  inachevée  il abrite  la Sil et le CP dans une salle,  le  CE1 et CE2 jumelés dans l’autre salle.  Angeline NJIKI est l’enseignante  des élèves des cours élémentaires un et deux.  Depuis trois ans qu’elle y a été affecté elle y reste  par amour pour son métier et celui de ces enfants d’un village dont l’enclavement  ne permet pas toujours à tous ceux qui en ont le désir d’arriver à l’école,   et surtout à  temps. Mais la jeune enseignante est parvenue à comprendre la situation de ces enfants   qui  sont pour la plupart  des parents dans les foyers où  ils se trouvent. A notre passage nous avons d’ailleurs observé une jeune élève d’un peu plus  de 10 ans,  obligée de porter  le bébé de sa mère avec elle dans la salle de classe.  L’enseignante est simplement  compréhensible. Elle  fait preuve d’indulgence pour  cet enfant qui risque de ne pas venir à l’école parce que  tenu d’être la baby siter du bébé de sa maman. Tous les matins c’est le même rituel dans cette  école.  Les enseignants vont et viennent  entre  rangers,  pour  transmettre  les connaissances.

Reste que  le parcours scolaire pour les jeunes de kombeng n’est pas un long fleuve tranquille.  Mais le Directeur de l’école par ailleurs enseignant des cours moyens  un et deux, ne cesse de sensibiliser les parents sur  l’importance  de  l’école.  Il invite d’ailleurs les parents et les bienfaiteurs à ce battre pour que les élèves de  Kombeng puissent  avoir du matériel nécessaire  pour  un  bon encadrement scolaire , pour que l’école  ne soit plus un  sacerdoce, un  long chemin de croix.  Les élèves  n’ont pas de cahier mais viennent à l’école écouter.  Tans mieux si la mémoire ne leur joue pas des tours. Le Directeur  de l’école lui, continue de lancé  cet  appel pour le soutien des élèves en situation difficile dans son école/ Mais dans l’intervalle, il se montre davantage  indulgent pour permettre à tous les enfants inscrit dans cette institution scolaire de pouvoir bénéficier des enseignements scolaire de qualités.

Quelques images de l'école

Yvonne Cathy NKEN
Journaliste

Partager l'info

Commentaires  

 
0 # Paul Alain MUNLOM NG 16-05-2017 15:39
Bonjour Yvonne,
saisissant comme article!
puis-je savoir davantage sur cette ecole et peux-tu me situer Kombeng s'il te plait?
Merci d'avance. Mayege malam
Paul-Alain MUNLOM NGUE
fraternite Basaa MidiPyrenées
fraternitebasaa
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir