EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Lundi 18 Septembre 2017 à 12:19
Home

BIENTOT PATRIMOINE NATIONAL

 Moment exceptionnel au pied de la montagne sacrée, moment d’unité et de fraternité qui a regroupé une bonne franche de ce que la communauté Bassa Bati Mpoo dispose comme patriarche. Les Babombogs se sont retrouvés en cette matinée ensoleillée pour être les témoins de cette autre facette de l’histoire de Ngog Lituba. Ce 27 mars 2016, l’Etat du Cameroun vient de reconnaitre la valeur de la base fondamentale de la culture des peuples qui se réclament de la grotte. Le rocher mythique va être classé dans le patrimoine national du Cameroun. L »annonce officielle a été faite par le Pr Mouelle Kombi Narcisse, ministre des Arts et de la Culture du cameroun.

 

Il a fallut compter 3h environ une fois à Boumnyebel pour rallier Nyaback le petit village de l’arrondissement de Nyanon dans le département de la Sanaga maritime. Nyaback, c’est ce village qui abrite la montagne mystérieuse qui alimente mythes et légendes sur l’origine de l’humanité. Ce samedi matin 27 mars 2016, Ngog lituba va amorcer la marche vers un nouveau statut. La banderole du Mbog liaa qui annonce l’évènement, est majestueusement placée au carrefour Boumnyebel pour souhaiter la bienvenue à celui par qui l’annonce sera faite, à savoir, le Ministre des arts et de la culture. Ainsi, dès 6h tous les automobilistes et piétons qui parviennent à Boumnyebel ont le temps de savoir qu’un évènement grandiose va se dérouler à 60km.

 DE BOUMNYEBEL A NYABACK : UN PARCOURS ATYPIQUE

 Entre la forêt et la savane que l’on traverse sous un climat humide on trouvera difficilement le mot juste pour qualifier cette végétation quelques peu dense qui s’étend le long de la traversé qui va nous conduire au pied de la grotte sacrée, cette merveille que la nature a gracieusement offerte aux peuples Bassa Bati Mpoo. Nous allons circuler le long d’une route non bitumée, couverte de poussière sur une distance d’environ 60km. Et pour y arriver il faut compter entre deux et trois heures.

Nous voici à Ngog lituba au pied de cette immense montagne rocheuse,   nous voici sur la terre de nos ancêtres, nous voici au cœur de nos origines, nous voici la où tout à commencé. Au milieu de cet amas de pierres, que la légende dit avoir hébergé nos ancêtres en fuite. Ils venaient d’Egypte, et ils y trouvèrent refuge pour se cacher de l’ennemie. Des siècles ont passés depuis cette légende qui date du XVème siècle. La grotte est restée le reflet identitaire d’une communauté, le symbole de l’autochtonie et de la spiritualité du peuple Bassa Bati Mpoo. L’émotion qui nous anime à l’arrivée, à cet instant précis est forte et indescriptible tout comme la grotte elle-même qui ne se raconte pas : il faut la toucher, il faut l’approcher pour pouvoir la conter.

NGOG LITUBA INTERESSE L’ETAT DU CAMEROUN

Samedi 27 Février 2016,  il est à peu près 13h lorsque le Pr MOUELLE KOMBI arrive pour la première fois au pied de la montagne sacrée, Ngog Lituba ; Il est accueilli par l’autorité administrative de l’arrondissement : le maire de la localité. Le ministre est ensuite conduit sous la tente construite à l’époque par l’église catholique. C’est cette tente qui va servir de cadre à la cérémonie.

Plusieurs heures au préalables, les patriarches avaient déjà pris d’assaut le pied de la grotte ; ils étaient plus de 60. A leur cotés des chefs traditionnels conduits par le chef supérieur du Canton Bati, Sa majesté MBEY MATOLO. Ils arborent chacun son vêtement traditionnel d’apparat et ses attributs, pour donner toute la valeur à cet évènement.

Le Président de la communauté Bassa Bati Mpoo, l’association faitière Mbog Liaa, Jerome Minlend, est lui aussi arrivé aux premières heures de la matinée avec une parti du bureau exécutif,   les vices- président Moise Doumbe, Malet ma Ndjami, les chargés de mission etc.. Ils sont tous venus immortaliser cet instant mémorable de l’histoire de la grotte. Dans l’assistance également Sm Mouthé à Bidias Camille. C’est lui qui conduit la délégation des patriarches Mbamoi. Ils sont venu affirmer leur appartenance à ce lieu font parti des communautés qui tirent leur histoire du mystérieux trou.

Pr MOUELLE KOMBI est arrivé ici avec un message qui s’emblait attendu depuis belle lurette. Ngog lituba a retenu l’attention du gouvernement et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce lieu a servi de cadre au lancement de l’opération d’identification du patrimoine culturel camerounais dans la région du littoral. Pendant 30mn environ le ministre de la culture va rendre témoignage de la valeur exceptionnelle de ngog Lituba. La grotte va ainsi bénéficier de l’attention de l’Etat du Cameroun qui s’est donné pour devoir d’accompagner les nombreux projets développement de ce lieu. Et de des environs

La route de la reconnaissance reste certes longue, mais en attendant d’emprunter le chemin qui va conduire dans la liste du patrimoine mondiale de l’Unesco… Un rêve majeur pour l’ensemble de l’assistance qui a fortement applaudi cette annonce du patron de la culture camerounaise.

Pr Mouelle Kombi va en alors  assister à des prestations artistiques de quelques musiciens de la localité, Asta Ngo Oum Touck, Tony Belle de Petit Pays et bien d’autres groupes de danse assiko. Avant de quitter Nyaback, Narcisse MOUELLE KOMBI est monté sur le rocher, juste quelques marches vers le sanctuaire des racines profondes du peuple Bassa Bati Mpoo. Et c’est a l’entrée du célèbre trou que cette reconnaissance officielle va prendre fin au grand bonheur de toute la communauté.


L'événement en imges

Diverses réactions

Réaction Président Général Mbog Liaa

CHACUN DOIT DONNER LE MEILLEUR DE LUI POUR QUE NOUS PRESERVONS L'UNITE

Le Ministre est venu signifier aux peuples Bassa Moo Bati que Ngog Lituba est dans un processus administratif qui a commencé et qui va probablement rentrer dans le patrimoine mondial. Pour nous qui sommes viscéralement attaché à cet endroit de façon mythique et mystique, c'est une reconnaissance qui nous va droit au cœur parceque c'est  celle de la république. J"ai apprécié le discours du Ministre qui a dit que nous sommes à la fois singularité et en mémé temps viscéralement inclus dans la communauté nationale, et qu'il n'y a pas d'exclusive pour un lieu comme celui ci qui est  quant  même, nous le pensons, le berceau de l'humanité, ou toute les forces vives peuvent se ressourcer,  surtout à un moment comme celui-ci où nous avons besoin d'unité.
Il est unanimement reconnu que nous sommes tous sortis d'ici. Tous sorti d'ici voudrait dire unité. Et par le hasard de notre progression  au niveau du territoire national et sommes répartis dans au moins trois régions du Cameroun, voir quatre. Indifféremment des distinctions géographique il y a une unité que nous devons préserver  et je  pense qu'aujourd'hui tout le monde est conscient que chacun doit donner le meilleur de lui-même pour que cette unité soit renforcée, et puisse aller au delà de la fratrie  que nous composons.
je voudrais également saisir cette occasion pour encourager tous le monde,  tous les jeunes à venir en pèlerinage ici car ici nous sommes au cœur de l'être. Vous avez vu tous ces patriarches et chef traditionnels, ce n'est pas anonyme c'est que la reconnaissance est en marche

Mbombog TITI NWELL PIERRE : ANTROPOLOGUE

LE PEUPLE BASSA EST CONSTRUIT SUR UN ROC

Quand un peuple est sorti d'un élément de la nature, ce peuple réclame son autochromie, il dit qu'il est autochtone.  Ca veut dire que les bassas sont d'ici. Les ancêtres nous ont dit que nous sommes d'ici. Notre pays c'est ici. Le peuple Bassa est construit sur un roc, un rocher c'est dire qu'on est construit sur  du solide. Je suis très heureux que maintenant c'est tout le Cameroun qui sera construit sur le rocher et peut-être même le monde entier. Lorsque nous allons emmerger, nous partirons d'un rocher solide c'est pourquoi je suis particulièrement content aujourd'hui, le monde entier va voir que c'est du sérieux ici. Et c'est un endroit qui devrait réunir le monde entier. L'église catholique vient ici en pèlerinage ici une semaine sur les 52 que compte une année. le reste de l'année n'importe qui peut venir ici Je dirais même que tout le monde devrait venir ici magnifier Dieu à travers les ancêtres.

CLEMENT   TJOMB

Reporter photographe - Grand Conseiller commune Nyanon

NGOG LITUBA DOIT ETRE UN LIEU DE PELERINAGE

Quand je passais ici étant jeune en 1952   j'allais souvent accompagner ma mère au marché de kelleng. On ne s'amusait pas ici. A l'époque si on cognait sur le rocher, on allait suivre les bruits de  sabots,  les béllementt des chèvres ou les aboiements de chien. C'était mystérieux,  on s'y plaisait mais on avait pas peur. Si cet endroit a perdu son verve  traditionnel q'on m'excuse  c'est notre regretté prélat mgr MONGO   et  l'église catholique qui en sont les causes; ILs  étaient  convaincus que tout ce que le noir fait ou porte c'est de la sorcellerie. Maintenant il y avait un trou qui conduisait à un tunnel à été bouché. Je voudrais vous dire qu'a l'époque les gens malades de tuberculose, épilepsie  les asthmatique trouvaient guérissons ici
Si vous allez en Espagne, aux USA  on respecte les  endroits comme ngog lituba. Et l'initiative du chef de l'Etat d'en faire un monument culturelle: c'est quelque chose de fantastique  nous devons lui dire Merci. Au lieu que ca meurt là , ca doit être un lieu de pèlerinage; mais on ne doit pas en faire un lieu d'exorcisme.j'ai vu des gens fourmir ici deux trois jours je ne sais pas ce qu'il cherche ici. Il reste simplement que cette endroit doit etre aménagé pour favoriser le pélérinage.


MALET MA NDJAMI

Directeur Africréa

DEPUIS CENT ANS LES BASSAS SE SONT BATTUS POUR  QUE CE LIEU DEMEURE

La nature nous a fait la grâce au pays Bassa de nous donner ce mystérieux site qui est mythique et mystique et qui est le lieu, le sanctuaire cultuelle des peuples Bassa Mpoo Bati. Depuis plus de cent ans les Bassa s'est battus avec leurs frères pour que ce lieu  demeure pour la propérité
Ils ont tous à coeur de  la conserver, de tous transmettre à la postérité. Les temps ont changé . Aujourd'hui la  transmission n'est pas seulement de père en fils mais
aussi le partage c'est a dire donner aux autres composante de la nation camerounaise la fièrté et le bénéfice d'un site comme celui-ci


Mbombog BIDJANE JEAN

Président de la coordination Mbimbogs Bisso
Chef des Bissos

LA GROTTE EST ACCESSIBLE A TOUT LE MONDE
Vous savez , la tradition bantou sort de la puissance de cette grotte. Aux temps antiques, les cérémonies rituelles s'y déroulaient. Il fallait être initié a un niveau  très élevé pour y accéder. Ici c'est le centre du mysticisme Camerounais ou africain et surtout nous les bantous. Tout le monde peut venir ici, la grotte est accessible à tout le monde, seulement il faut avoir les pensées seines propres. si tu as des pensées bizzard....  tu risque encaisser. Mais la grotte est ouverte et elle appartient je peux dire à la tradition. Que l'Etat reconnaisse ca aujourd'hui , je dis simplmeent que c'est une bonne chose.


Mgr DIEUDONNE BOGMIS

Eveque d'Eséka

LA RECONNAISSANCE NATIONALE NE VEUT PAS DIRE QU'ON VA CHASSER L'EGLISE

Cet endroit a été depuis longtemps un lieu  de pèlerinage. Voila le crucifix qui se trouve en haut la bas. Depuis l'arrivée de la religion , apporté par les missionnaires blancs. Ils avaient choisi cet endroit pour le pélérinage. Mais avec l’avènement de la démocratie ou je ne sais quoi les patriarches ont compris qu'il fallait casser la statut de Marie. C'est une manière de mal comprendre la religion et la tradition. les deux doivent aller de pairs. La tradition qui ne dévoile  pas l'évangile est une mauvaise tradition.Les deux doivent marcher ensemble.Ici c'est simplement un lieu de prière personne ne peut nous chasser d'ici. Il faut même dire Merci a l’église parceque ,  si cet endroit a tenu bon jusqu'a ce jour c'est grâce à nous. C'est nous qui avions gardé cet endroit, c'est nous qui avions conscientisé les Bassa Mpoo  Bati a prendre connaissance de l'importance de ce lieu à ce concentrer, donc il faut nous dire Merci. d'autres part la reconnaissance de l'Etat ne veut pas dire qu'on doit chasser l'église.Non.Les enfants qui naissent aujourd'hui ne connaissent pas leurs origines, ils ne connaissent pas d'ou leur parents sont sortis, c'est pour cela que cet endroit devrait être aménager et cela demande de l'investissement. comme vous le savez vous-même il faut d'abord la route. Vous-même vous savez comment vous êtes venus.

Mbombog MINKENG

L'HEURE EST VENUE POUR QUE LA GROTTE SOIT RECONNU AU NIVEAU NATIONAL ET INTERNATIONAL

Nous sommes dans le site qui incarne la culture du peuple Bassa Mpoo Bati. Donc ca ne peut être qu'une expression de joie de se retrouver en ce lieu mythique et sacré pour le Bassa que je suis. Chaque chose vient toujours en son temps. L'heure est venue pour que cet endroit mythique et sacré soit reconnu au niveau national et nous espérons  qu'il le soit aussi au niveau mondial. Notre pays plus qu'hier commence a être reconnu c'est vraiment quelque chose d'extraordinaire. Nous devons essayez de croître au même niveau que ce que nous venons de voir ici.Nous lançons donc un appel pour que nous puissions prendre conscience que nous avons une culture assez forte. Si a un moment donné nous l'avions négligé il est grand temps que nous puissions lui donner ses lettres de noblesse d’antan pour le bien non seulement de notre communauté mais aussi et surtout de l'humanité entière.  



 

Partager l'info

Commentaires  

 
0 # PEM KAMLA 23-02-2017 16:22
Merci,
Monseigneur
pour ce rappel
que certains soit disant Mbombog sortis on ne sait d'ou` et qui ne connaissent leur Histoire que par bribes veulent nier notre parcours humain hier aujourd'hui et demain
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir