EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Ce site a été mise à jour le Lundi 08 Avril 2019 à 07:21

Edito

Newsletter

Veuillez vous abonner gratuitement pour recevoir regulièrement les nouvelles des communautés Bassa, Bati et Mpo'o

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
0838053
Ce jour1438
Hier2027
Cette semaine13862
Ce mois66637
Total838053

Je commence une fois n'est pas coutume, par demander pardon à ceux qui ont attendu en vain l'édito au début du mois comme à l'accoutumée, mais j'avoue que j'ai passé plus de temps à rêvasser qu'à gribouiller. Pourtant ce ne sont pas les sujets qui ont fait défaut. Notre peuple est trop "top" comme disent les jeunes pour qu'un  chroniqueur soit en manque d'inspiration. Je me posais juste pendant tout ce temps-là question de savoir  quelle posture je devais adopter: celle du pleurnichard qui rappelle à tout va son nom avec pour crédo: " Les Bassa sont-ils incorrigibles?"
 Ou celle de l'optimiste invétéré qui proclame: "quel formidable peuple que rien ni personne ne soumet?"


Comme je n'arrive toujours pas à me décider je vais être peu courageux et me contenter de vous rappeler les évènements qui ont ponctué la vie de la fratrie durant ces quarante derniers jours sans en faire un commentaire. D'ailleurs, mieux aguerris que nous, nous ont conseillé naguère d'éviter de commenter les commentaires!
Nous voici donc ayant été à Edéa et honnêtement nous ne regrettons pas le déplacement et Were Were Liking accompagnée de la Reine Nserel non plus!
Nous avons vu les patriarches comme nous aimerions les voir plus souvent, nous avons vu les chefs comme nous aimerions les vénérer, même comme ce n'est pas le genre de la maison Bassa Mpoo Bati, nous avons apprécié nos femmes et sœurs sûres de leur charme et conscientes de leur tête bien faite et bien pleine. Nous avons côtoyé nos frères arque boutés dans leur posture de défenseur de leur liberté! Bref, nous étions à Edéa!

Avant cette aventure sur les rives de la Sanaga, nous avons reçu Jean Claude Nyoung dit Bitjome bi Man mbaï, charmeur comme il savait l'être, taquin comme pas deux à ses heures rarement perdues. Il avait pris l'oiseau des blancs de Paris à Douala juste pour venir me demander de parler à ceux qu'il a appelé mon peuple, qui, a-t-il dit était à mon écoute. Perplexe devant sa requête j'ai bredouillé des réponses qu'il a tôt fait de mettre sur YouTube! Sa dernière interview, dont la préoccupation était l'avenir de ce peuple qu'il savait rebelle! Quand je lui ai envoyé un mail pour lui dire que j'avais peut-être été trop ou pas assez....., il avait déjà tiré sa révérence au sens propre comme au figuré, me laissant avec les miens!

Frérot, dis à ceux qui t'ont précédé que ce n'est pas une sinécure d'essayer d'accompagner les Bassa Mpoo Bati! Les témoignages lors de cet adieu à Pouma, qui pour beaucoup n'était qu'un au revoir, montrent à quel point ton message était audible! Les graines que tu as semées vont, je suis sûr germer et produire l'impensable, une nouvelle génération de filles et de fils dont nous pourrons tous être fiers, c'est tout le mal que je peux nous souhaiter!
Chapeau l'artiste, il n'y a pas que tes nombreuses conquêtes qui te pleureront pendant très longtemps encore!
Le Président Hollande, dont j'ai le privilège de partager la date de naissance, est venu et a parlé de notre fratrie, même si l'appellation étant encore difficile, le "péple" a été réduit à une région administrative; mais nous avons promis de ne pas commenter les commentaires et pour dire vrai, curieux qui mal y pense!!

Partager l'info

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir