EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Latest update Friday 12 July 2019 à 15:37

Edito

Newsletter

Please subscribe for free to receive regularly the communities Bassa, Bati and Mpo'o news.

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
1109372
Ce jour2639
Hier3869
Cette semaine16548
Ce mois75322
Total1109372

A l’occasion du premier anniversaire de l’association Mahol Mes dont les carillons ont résonné joyeusement à Douala le 27 Avril dernier, nous sommes allées à la rencontre de la présidente de l’association. Elle nous parle de cette association qui fait l’actualité dans les réseaux sociaux. Dans l’interview qu’elle nous a accordée, elle nous présente cette association et dit ce qu’elle pense de la grande association Mbog Liaa.

Mme la présidente, qui êtes-vous ? Présentez-nous votre association.

Je suis Mme IPOUCK née KWAK Yvonne Chantal. Enseignante de formation, Professeur des Lycées d'Enseignement Technique. Je suis l’inspecteur Pédagogique Régional (Littoral). J’appartiens à la grande famille Ndog Makumak, Log Yede. Je suis originaire de l'arrondissement de Ndom, Canton Ndog Likum (Omeng). Mahol Mes (MAMES) est une association culturelle internationale regroupant les Bassa de tous bords, quel que soit leur lieu de résidence. Le siège social est à Douala. Mahol Més qui s'explique comme pour dire « notre développement », est un cercle de fraternité, de solidarité et d'amour, ayant pour principal objectif, la valorisation des cultures, des langues, des traditions et des valeurs ancestrales du peuple Bassa’a Mpo’o Bati. Il existe 3 types de membres dans Mahol Mes : - les membres actifs -les membres de soutien - les membres fondateurs. Nous nous réunissons tous les deux mois. Pour faire partie de notre association, il suffit de remplir le formulaire d'inscription disponible sur notre page MAHOL MES sur le réseau social facebook.

Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cette association ?

J’ai constaté que nous, la nouvelle élite ignorons beaucoup d'aspects de notre culture, et que nous entreprenons moins pour le développement de notre communauté. Alors j'ai eu l'idée de créer un cadre où les fils et les filles de la grande communauté Bassa Mpoo Bati peuvent se retrouver pour ressusciter notre culture, la promouvoir et par là promouvoir nos régions respectives

Quelles sont les activités que vous avez déjà menées jusqu’ici ?

Nous avons assisté nos membres dans les moments de tristesse comme dans les moments de joie en leur apportant une contribution matérielle et financière particulière. Nous avons organisé un pèlerinage à Ngog Lituba en Novembre 2013 et nous avons organisé une soirée culturelle récréative «  Kokoa lam » en janvier 2014. C’est une soirée qui nous regroupait autour du feu avec des artistes basaa de renom qui ont presté .Durant cette soirée, nous avons présenté également les mets   propres aux Basaa Mpoo Bati.

D’où proviennent vos ressources ?

Nos ressources proviennent des droits d'adhésion des membres qui s'élèvent à cinq mille francs (5000fcfa) et des contributions volontaires des membres actifs et des membres de soutien.

Qui sont les bénéficiaires de vos activités ?

Les bénéficiaires des activités de Mahol Mes sont les membres de la grande communauté Basaa Mpoo Bati.

 Quelles appréciations faites-vous de Mbog Liaa qui est l’association de toutes les familles lignagères Basaa Mpoo Bati ?

Mbog Liaa est une grande association qui, au départ, a mobilisé tout le monde, à tous les niveaux de la société Bassa Mpoo Bati. Cependant au fil des années elle s'est refermée sur elle-même au point où on a l'impression qu'elle est devenue élitiste. Je crois que Mbog Liaa doit redevenir l'association populaire qu'elle a été, en intégrant les réunions des quartiers, des familles, des villages des peuples de la grotte. Pourquoi ne pas rouvrir les secteurs par arrondissement ou par ville ?

Un dernier mot ?

Nous invitons toute la communauté Basaa Mpoo Bati à se joindre à nous pour que nous puissions ensemble promouvoir notre culture car comme le dit un proverbe de chez nous, une seule main ne peut pas attacher un paquet.

Propos recueillis par TATIANA MATJE MBONDO

 

 

 

Partager l'info