EDEA 13 juin 2015, MBOG LIAA fêtait ses 20 années d’existence

Association Mbog Liaa

Latest update Monday 08 April 2019 à 07:21

Edito

Newsletter

Please subscribe for free to receive regularly the communities Bassa, Bati and Mpo'o news.

Visites du site

Compteur activé le 30/05/2018

Visites depuis 01/01/2018
0825258
Ce jour1067
Hier3232
Cette semaine1067
Ce mois53842
Total825258
Home

Il est né à Pitti Gare -  petite localité située non loin de Japoma le 05 Novembre 1938, le chef du village MISSOLE 1,  dans les encablures du pont sur la Dibamba, à 20km de Douala,  est une personne âgée qui mène un combat en faveur des personnes du troisième  âge. A 77 ans  ce fils LOG NTOMB en pays BABIMBI est le fondateur de la MUPAC, la Mutuelle des personnes âgées. Au quotidien il est a l »écoute des septuagénaire et propose des solutions pour les aidé a venir a bout des problèmes liées a leur âge.
Grand-père  Dingom  bonjour  et bonne fête.


Merci d’être venu me souhaiter bonne fête. Tu arrives au bon moment au moment. Nous sommes entrain de partager les éléments de la fête ensemble. Aujourd’hui on ne pense pas aux problèmes, on se réjouit simplement.

C’est vraiment un jour de fête pour les personnes âgées ?
Ce n’est pas vraiment la fête mais c’est une occasion de se retrouver, de se revoir et de nous situer par rapport à nos projets.

Les nations unies ont choisi un thème cette année vous le connaissez ?
Merci qu’ils  aient pensé à nous. Mais ce thème n’est pas pour la personne âgée au Cameroun. Si vous voulez que je vous donne le thème c’est le Développement durable et l’inclusion de la personne âgée en milieu urbain.

Pour les nations unies il s’agit de créer pour les personnes âgées la possibilité de participer au développement économique de leur pays et  cela suppose aussi de leur assurer un loyer décent   ainsi que les services de santé et les services sociaux dont elles ont besoin pour vieillir dans la dignité.  Vous pensez qu’on s’intéresse à vous au Cameroun ?
Qui  s’intéresse vraiment aux vieillards ici ? Quelle est notre place au Cameroun ? Nous n’avons aucune place la personne  âgée n’a aucune place ; on à quoi ? Rien.

C’est donc  une occasion de rappeler la place de la personne âgée dans la société et le rôle de chacun dans leur épanouisse ?
Vous savez, nous sommes abandonnés à nous-mêmes. Si tu n’as pas travaillé avec l’Etat pour espérer une petite allocation retraite, tu es fini. En dehors de cela  rien n’est fait pour les vieillards que nous sommes.   Dans les familles, très  peu  ont  la chance,  oui j’appelle ca chance d’être pris en charge par leurs enfants. Regardez! Tu vis dans une maison avec des enfants de plus de 35 ans qui ne font rien,  ils vont  te donner quoi ?  Au lieu qu’ils s’occupent de  toi, ils continuent d’attendre que tu joues le rôle de père,  et tu es obligé de continué de t’occuper d’eux  parce qu’ils n’ont rien…. Si Dieu ne t’a pas aidé … Tu disparais.
Qu’est ce  qu’il y a lieu de faire
Vous savez, avec les conditions de  vie que nous menons au Cameroun, on ne peut pas aider les personnes âgées. Vous savez moi je me suis marié à 27 ans,  aujourd’hui on se marie à 40ans au moins. Entre temps cet enfant vous le gardez encore chez vous parce qu’il ne travaille pas. Vous me demander quelle solution ? Il n y a pas de solution pour ces personnes il faut simplement se battre comme on peu.
Ce battre comme on peut s’est faire quoi ?
C’est l’informel. Et il faut que les spécialistes développent  l’informel, cette créativité spontanée. Et les experts  doivent  aider à cette organisation. L’Etat ne fera rien/
Qu’est devrait être fait pour aider les personnes âgées ?
Le Ministère des affaires sociales est censé s’occuper des personnes âgées. Mais il ne fait rien dans ce sens. Excusez moi de le dire le Ministère des affaires Sociales  est nul.
Nul vraiment ce n’est pas exagéré ?
J’ai dis nul.  Oui. Et  je pèse mes mots ce ministère est nul.  Vous vous rendez compte, le Minas  de Bakang Mbock  donne moins de 200 000 francs de soutien  à la  MUPAC par ans ?  Deux cent mille francs une organisation de plus de  10 000 personnes âgées ? C’est de la rigolade et c’est même  inimaginable.
Puisqu’il n’y a pas d’aide à recevoir de l’Etat qu’est ce que vous  direz aux personnes âgées ?

 Je souhaite demander aux personnes âgées de se tourner vers le ministre de l’agriculture pour celles qui peuvent encore faire quelque chose. Parceque dans l’ensemble c’est l’oisiveté. Et nous avons des terres. Un bien mal exploité.  C’est vrai que la bas on peut vous apporter un coup de pouce avec les semences.  Mais on va encore  demandé  aux personnes âgées de se regrouper en GIC. Quand on est jeune ca peux aller mais à 70 ans est ce qu’on peut encore créer ce genre de regroupement ? Non. On ne peut  plus faire ce genre de chose
Pourtant vous avez 80 ans bientôt et vous parvenez a le faire
Moi je  un bulldozer, et je suis seulement entreprenant depuis très longtemps. J’ai été habitué à créer ; et  c’est pour cela que je parviens a concevoir des choses. Mais en général,  le septuagenaire  ne peux plus  grand-chose.  Moi j’ai le don de la créativité.  J’ai vendu le pain ;  J’ai vendu les journaux,  J’ai vendu le ‘matango’, j’ai vendu l’eau  ici la où vous êtes assises  
Mais après tout ca vous avez eu un emploi. Vous avez travaille ?
Oui bien sur Mon premier poste c’est au trésor  en 1961,  j’ai changé d’emploi en 1965. J’ai fais le grand cours  moyen 2 prolongé à Makak,  je suis dans le groupe des  1er cadres du privé au Cameroun en 1971.  J’ai de ce fais  été Directeur administratif  du groupe Hollando – Emaillerie nouvelle Afrique à l’époque le mot cadre n’existait que dans le public. Plus tard j’ai obtenu un diplôme de l’IAI de dakar.
Vous êtes alors un retraité heureux ?
Heureux peut-être pas -  mais entreprenant oui. Créatif  oui. Mais sachez que je ne bénéficie d’aucune retraite. J’ai perdu mon emploi le 16 Octobre 1976  et depuis cette date je n’ai jamais plus obtenu un emploi. Je suis devenu  le président des chômeurs depuis  39ans.  Mais pourtant je ne suis pas démunie. Ces 39 ans sans bulletin de paie m’ont permis de poussr  mon instinct de créativité et de vivre décemment.
C’est beaucoup d’humilité ?

Moi je constate que Grand père DINDOM est un homme heureux
Mon premier soutien c’est mon épouse. Et je n’ai plus d’enfant à ma charge. Au contraire j’ai la chance d’avoir les enfants qui s’occupent de moi, et c’est une grande fieté. Ce que la plupart des personnes âgées ne connaissent pas.
Et si on revenait sur l’oisiveté des personnes agées ?
Voyez vous vous parliez de thème de la journée mondiale des personnes agée. Je voudrais vous dire que je  me suis lever ce matin et j’ai développé un projet : les bancs publics. Observé cette image - les bancs publics -  pourquoi  nous aussi les vieillards noirs nous ne pouvons pas en bénéficier ? La personne âgée même en ville marche sans avoir un espace ou s’accouder en cas de fatigue.

Pourquoi seulement les blancs ?
Je suis allée a l’entrée Camrail.  Regardez !  Il y a  là 6 bancs public,  mais savez-vous ce qu’on y fait ? Ils sont devenus les sites de vente de bois de chauffage et de vin de palme. Il faut que ca change. Je dois rencontrer le Délégué de la communauté urbaine de Douala pour qu’on réhabilite ces endroits  pour que les personnes âgées qui marchent par là puissent  se reposer.
Vous comprenez pourquoi la communauté internationale demande d’aider les personnes âgées ?
Vous savez si vous voulez aider une personne âgée,  je vous demande de l’inscrire dans la mutuelle. La MUPAC par exemple  offre un certains nombre de facilités pour la santé des  personnes âgées,  c’est le plus important dans leurs vie. Pouvoir se soigner imaginez que vous alliez dans une localité comme Makak  et vous inscrivez les personnes agées a l’antenne de la MUPAC la bas vous les aurez rendu service ; mais s’il faut attendre quelque chose je ne sais quoi vous dire ?

Si ca ne vient pas de l’Etat ca viendra de qui ? Même les enfants actuellement sont incapables
A vous entendre on s’occupe d’un enfant pour qu’il  prenne le relais si il ne le fait pas on est mal
Non mais si les enfants ne le font pas c’est  parce que les conditions de vie sont difficile et ils ne parviennent pas déjà eux-mêmes à s’occuper de leurs problèmes .C’est pour cela que j’ai eu l’idée de  créé la MUPAC en 1999. C’est pour pallier un certains nombre de problèmes qui sont le lot quotidien des personnes âgées.

La MUPAC parlons-en ?
Oui. C’est  la Mutuelle des personnes Agées du Cameroun.  J’ai eu l’idée de  crées cette  Mutuelle  en 1999 après une lettre du papa jean paul  II. C’était l’année internationale de la personne âgée. L’objectif c’est l’assistance santé, enterrement décent  et la solidarité.
C'est-à-dire dès que vous avez 50ans  vous pouvez  devenir membre de la MUPAC  si vous le souhaitez. Vous payez 2500 avec une cotisation annuelle de 6000francs  pour actualiser votre carte. Nous avons fait des contrats avec les hôpitaux publics, en fonction du type de maladie les réductions vont de 30 à 50%. Mais un  dans hôpital comme la garnison militaire tous les soins sont  réduits a 50%.  De l’hospitalisation  à la morgue,  tous est réduit de moitié.  Bien sur je ne dis pas que dès qu’on y va,  c’est pour finir à la morgue. J’étais moi-même aller a la levée du corps d’un membre  en Septembre 2015, je suis tombé la bas. On m’a récupéré, on m’a traité la a la garnison  et tous les frais on été réduis de moitié.
Vous etes un digne fils LOG NTOMB c’est en pays Babimbi  comment vit la personne agée la bas ?
Dans l’ensemble nous n’aidons pas nos parents. La  personne agée est abandonnée a elle-même il faut chercher à les récupérer. C’est comme ci une fois qu’on devient une personne agée on est perdu.  Et voila l’oisiveté qui regne au millieu de nous. Pourtant on sait faire des choses ; on a des terres mal exploiter ou non exploité ; mais avec l’âge …On ne peut  plus grand-chose.
C’est ainsi dans toute notre communauté
La  personne âgée en pays Bassa est très malheureuse. Quelques fois j’ai honte de  ma tribut. Nous ne savons pas aider.  Nous sommes négatif .En pays bassa tu trouveras difficilement quelqu’un pour t’aider. C’est la solidarité qui nous manque. Mais nous devons nous battre et sortir de cet état de chose/
C’est l’un des objectifs du Mbog liaa
Ma fille, Je fais parti des personnes qui ont organisé et cru au premier festival Bassa Mpoo Bati en 1988.  Je ne connais pas l’actuel président j’entends parlé de lui. Je lui souhaite beaucoup de courage mais je vous dis  il y a beaucoup de travail a faire pour la cohésion des Bassas. Mais je peux vous dire je ne sais pas comment cela viendra. Je ne sais pas comment l’actuel président s’y prendra. Mais je lui souhaite beaucoup de courage.
Sachez simplement que je n’ai plus trop confiance à mon peuple. Tout comme ils ont gâtés l’UPC, ils se déchirent entre eux.  Je ne sais pas si c’est une malédiction. Regarde ce qui se passe dites-moi qui incarne l’UPC ? Celui qui est de Makak centre n’accepte pas celui qui vient d’un autre village de Makak c’est juste un exemple et c’est comme ca partout. Il va falloir que les patriarches se penchent sur cette question.
Le peuple se déchire,  certains veulent simplement protéger leur « plat » quitte à tuer toute la communauté. Et ca devient le sauve-qui peut. Nous avons un état d’esprit qui va difficilement changer et c’est par la qu’il faut commencer   
 J’ai honte mais il faut que ca se sache que c’est le festival Bassa Bati Mpoo qui amené la démocratie ici au Cameroun j’assume mes propos et je vais vous dire pourquoi. Un festival était prévu pour se tenir en Fevrier 1990 un bassa journaliste  a eu un comportement qui a détruit l’évènement. Pourtant on  commencé à travailler avec un journaliste qui n’était pas  bassa  mais la question   de langue nous  a obligé a trouver quelqu’un qui comprend  la  langue et voila comment notre frère a contribué à détruire ce qui avait été construit/

Il devrait bien y avoir une solution quelque part pour penser notre avenir
Vous savez  si je vous demande  de faire des plantations  maintenant  pour récolter dans  cinq ans vous ne le ferez pas.
Ca veut dire quoi ?
 Le peuple Bassa bati Mpoo doit apprendre à planifier des choses sur la durée à se projeter  sur  le long terme, 5 ans 10 ans voir plus sinon on ne parviendra pas a se réaliser parcequ’on veut faire maintenant  et que ca nous profite à nous, si on a du  doute de pouvoir bénéficier de fruit d’un travail, on ne le fait pas, et  si surtout ca va profiter a quelqu’un d’autre.
A l’heure actuelle j’ai lancé une opération  « Rentrée scolaire 2020 ».

IL s’agit de quoi ?
l s’agit de demander aux parents d’amener  les enfants de trois à cinq ans à  planter ce qu’ils vont récolter en 2020.  Vous voyez ce qui pourrait se passer si nous faisons ce genre de prévision ? En choisissant pour arbre le fruitier – l’avocatier,  le manguier,  pruniers  bref  les arbres fruitier de saison, vous etes sur  d’avoir une récolte en 2020 . Cela va payer la scolarité des enfants. Il nous revient donc de les multiplier

Mais pourquoi ne le feront-nous pas ?
Parceque nous  avons beaucoup de postes négatifs. Sur qui pourrons-nous nous appuyez ? Je ne sais pas. Mais je vous ai simplement dit que je ne connais pas l’actuel président du Mbogliaa . Mais il faut que le peuple Bassa adhère a des actions  de solidarité. Ca n’existe pas chez nous.
Pour finir
C’est un coup de cloche de réveil qu’est ce que nous laissons a la génération future cet Etat de chose ??? C’est inacceptable. La le peuple Bassa risque aller a la dérive Il faut que ca change. Réveillons-nous mettons nous au travail. Mettons nous debout comme dans les années 50

Partager l'info